8 min de lecture

6 Comportements à éviter en tant qu’entraîneur scolaire

Écrit par : Karl Demers mai 2023
6 Comportements à éviter en tant qu’entraîneur scolaire

Le sport à l’école représente des enjeux un peu plus complexes qu’on puisse le penser : c’est à double tranchant. Les enfants peuvent adorer se rendre au cours d’éducation physique comme ils peuvent redouter ce moment avec stress et anxiété. C’est là que le rôle d’entraîneur prend une autre tournure. Certaines pratiques et méthodes d’apprentissage peuvent correspondre au sport associatif, mais sont peu appropriées dans un environnement scolaire. Le but étant que les jeunes pratiquent une activité physique tout en passant un bon moment. Ainsi, découvrez les 6 comportements qu’il vaut mieux éviter en tant qu’entraîneur scolaire.

Laisser les enfants choisir leurs coéquipiers

Laisser les enfants choisir leurs coéquipiers est souvent le choix facile. Les affinités forment naturellement les équipes pour un jeu. Néanmoins, cette pratique n’est pas forcément idéale, et ce, pour plusieurs raisons. Si les enfants choisissent leurs équipes, les moins sportifs ou les plus isolés socialement seront choisis en dernier. Cette méthode peut nuire considérablement à la confiance en soi chez les jeunes.

Si, en tant qu’entraîneur, vous décidez de former les équipes, vous pouvez répartir les talents et profils. Vous pouvez ainsi créer des équipes équilibrées autant sur le plan sportif qu’humain. Certains enfants peuvent ressentir de la frustration quand ils ne sont pas dans l’équipe dans laquelle ils voulaient être. Cependant, cette expérience plus équilibrée permet qu’aucun enfant ne se sente délaissé ! Par ailleurs, choisir vous-même les équipes permet de ne laisser aucune place possible au harcèlement scolaire dans vos équipes sportives.

Valoriser uniquement la performance

Puisque tous les enfants sont différents, ils ne partent pas forcément avec les mêmes facilités dans tel ou tel sport. Justement, le sport scolaire est un moyen, pour l’entraîneur, de faire découvrir de nouvelles activités physiques à ses élèves. Il est important pour le coach, de ne pas valoriser la réussite d’un enfant seulement sur sa performance pure. Il faut également prendre en compte d’autres critères.

On peut valoriser un enfant sur sa motivation et sa participation. Plus l’élève aura envie de jouer et s’impliquera dans les activités, meilleure sera sa progression. L’entraîneur peut récompenser un élève motivé verbalement, en attribuant des petits trophées ou encore sur les notes scolaires de celui-ci.

L’amélioration est aussi valorisable dans n’importe quel sport. Certains jeunes partent de zéro mais améliorent rapidement leurs compétences et capacités. Faire preuve de persévérance et de courage, malgré un faible niveau, sont des valeurs qui doivent être valorisées. Le sport et le développement personnel sont intimement liés.

Concentrer ses efforts sur les meilleurs joueurs

Le cours d’éducation sportive, par définition, est une initiation à un sport. Il faut permettre aux jeunes de se dépenser et de se familiariser avec une activité physique. Pour l’entraîneur scolaire, l’objectif n’est pas de dénicher des petits génies de tel ou tel sport. Le futur Tom Brady ne se cache probablement pas parmi vos élèves, il faut un cours adapté à chaque niveau.

Le coach scolaire doit permettre à tous ses jeunes de prendre du plaisir et d’avoir accès au même enseignement. Pour ne pas affecter la confiance en soi d’un enfant, le coach doit accorder la même attention à tous ses élèves. Concentrer ses efforts sur les meilleurs élèves, nuit à la progression et au plaisir des autres. Un tel comportement pourrait amener les enfants à perdre de l’intérêt pour l’éducation sportive.

Faire une séparation stricte en fonction du niveau

Les entraîneurs de sport scolaire procèdent habituellement par groupe de niveau pour que les plus forts puissent s’entraîner ensemble et pareillement pour les moins talentueux. Cela peut sembler naturel, mais néanmoins, il s’agit bel et bien d’une erreur de coaching.

En effet, si vous faites s’entraîner les jeunes en variant les talents au sein d’un même groupe, les meilleurs pourront partager et aider les moins bons à s’améliorer. Encore une fois, le sport et le développement personnel sont réellement liés. De plus, si un élève moins performant est intégré dans le groupe « des moins bons », cela pourrait affecter sa confiance en soi et impacter négativement sa motivation à participer.

Dans ce contexte, il s’agit d’essayer de faire participer les meilleurs pour faire progresser l’ensemble du groupe. Le but étant de construire des ateliers sportifs communs au lieu de privilégier la performance individuelle.

Dévaloriser les jeunes qui n’aiment pas le sport

Il faut être réaliste, dans un contexte scolaire, les jeunes ne participent pas toujours aux cours d’éducation sportive parce qu’ils en ont envie, mais aussi parfois parce qu’ils sont obligés. Même si une grande partie des enfants aime le sport à l’école, il y en a certains pour qui c’est un moment qui cela favorise le stress et l’anxiété. Il ne faut pas perdre de vue que le cours d’éducation sportive a la même valeur que tout autre cours, si un élève n’aime pas les mathématiques, il est tout à fait compréhensible qu’un autre n’aime pas le sport. Qu’il s’agisse de gérer un groupe sportif ou n’importe quel groupe culturel à l’école, les problématiques sont les mêmes. Cela révèle un défi pour l’entraîneur qui doit amener certains élèves à apprécier les heures passées dans sa discipline.

Pour ce faire, il faut réussir à trouver un quelconque intérêt de l’élève envers le sport. Ça peut être le dépassement de soi, le simple fait de se dépenser, le partage, l’esprit d’équipe, la compétition, la réussite et autres. Puisqu’il est possible d’apprendre à apprécier le sport à tout âge, ce n’est pas parce qu’un enfant arrive en détestant le sport que ce n’est pas possible qu’il ressorte du cours en ayant passé un bon moment. L’erreur typique d’un mauvais entraîneur scolaire serait de dévaloriser un enfant seulement parce qu’il n’a pas d’intérêt pour la pratique sportive !

Axer son enseignement sur la compétition

Dans certains cas de figure, une légère rivalité peut entraîner les jeunes à se dépasser et à participer davantage au cours. Néanmoins, une trop forte compétition peut également démotiver les jeunes qui sont moins talentueux ou, qui simplement, n’ont pas l’esprit compétitif.

Il est important de ne pas perdre de vue qu’on reste dans un cadre scolaire et que les enfants sont là pour apprendre. Le sport à l’école apprend tellement d’autres valeurs que celle de la gagne : l’esprit d’équipe, le partage, le dépassement de soi, le respect, la persévérance, l’égalité et l’inclusion. Gardez donc à l’esprit que tous les jeunes n’ont pas la même appétence pour le sport, les mêmes aptitudes ou encore les mêmes envies.

Il est évident que le sport scolaire relève des défis majeurs pouvant être plus ou moins complexes. Les jeunes apprécient généralement l’éducation sportive, car cela permet de se dépenser entre deux cours. Néanmoins, beaucoup sont traumatisés par une mauvaise expérience dû à un mauvais entraîneur. En évitant les comportements ci-dessus, vous devriez pouvoir améliorer la qualité de votre entraînement et réjouir vos élèves.

Ne manquez pas notre nouveau guide d'organisation de gala de fin d'année !

Karl Demers

Karl Demers est le fondateur de MonClubSportif. Depuis son plus jeune âge, Karl est un passionné de sports, que ce soit le soccer, le baseball, le hockey, le volleyball... et la liste est longue. Pour joindre l'utile à l'agréable, Karl transmet sa passion depuis 8 ans maintenant à travers les blogs qu'il écrit et les informations qu'il partage pour simplifier la vie des passionnés de sport comme lui.
Karl Demers

Sur le
même sujet

Voir plus d'articles
Commotions Cérébrales : Tests et Examens Pour Un Diagnostic Précis
articles
Commotions Cérébrales : Tests et Examens Pour Un Diagnostic Précis
Si la reconnaissance des symptômes sur le terrain est essentielle pour identifier les athlètes potentiellement commotionnés, les évaluations […]
juillet 2024
Commotions cérébrales : prévenir les risques sur le terrain
articles
Commotions cérébrales : prévenir les risques sur le terrain
Prévenir les commotions cérébrales sur le terrain est crucial pour la santé et le bien-être des athlètes. Cet article vise à présenter […]
juillet 2024
Comprendre les Commotions Cérébrales : Ce Qui se Passe dans le Cerveau
articles
Comprendre les Commotions Cérébrales : Ce Qui se Passe dans le Cerveau
Bien que les commotions cérébrales ne soient généralement pas mortelles, elles peuvent entraîner des symptômes graves et à long terme si […]
juillet 2024