5 min de lecture

Apprendre à gérer son stress avant une compétition sportive

Santé mentale Écrit par : Karl Demers août 2014
Apprendre à gérer son stress avant une compétition sportive

Tout sportif fait face, un jour ou l’autre, à une certaine nervosité avant une compétition sportive. Bien qu’un léger stress soit inévitable avant une épreuve sportive importante, une trop grande nervosité risque de causer bien des problèmes.

En effet, l’attitude d’un joueur trop stressé peut influencer négativement sa préparation (alimentation, sommeil, période d’affûtage, etc.) ainsi que ses performances, mais peut également avoir des répercussions sur les autres membres de son équipe. L’anxiété de performance est aussi quelque chose que vivent de nombreux athlètes. Ces derniers doivent donc apprendre à gérer l’anxiété de performance.

Il existe cependant quelques moyens de ramener son stress à un niveau acceptable, en tenant compte du fait qu’avec l’adrénaline, il est pratiquement impossible de ne pas ressentir au moins une certaine fébrilité qui elle, est saine.

Mot d’ordre : préparation physique

Évidemment, l’un des facteurs de stress les plus importants est le manque de préparation et surtout, le manque d’entraînement. Un athlète bien préparé physiquement sait que tout ce qu’il aura à faire sur le terrain sera de tout donner pour une performance optimale. Si la préparation physique a été bien effectuée et que celui-ci sait qu’il est prêt, tous les doutes et les questionnements liés à l’entraînement n’auront pas raison d’être.

Il faut donc planifier les compétitions et établir les objectifs avec une vue d’ensemble. Comment, donc, s’assurer d’être prêt le moment venu? En s’entraînant intelligemment pour éviter les blessures et en organisant son horaire adéquatement afin d’être présent à toutes les séances d’entraînement. Plusieurs outils de gestion d’équipe sportive sont à votre disposition pour y arriver et il serait dommage de ne pas y avoir recours, question d’être fin prêt lorsque viendront les épreuves sportives tant attendues.

Bien manger, une préparation à la compétition

Il est essentiel de bien s’alimenter avant un entraînement. Plusieurs athlètes ont donc un plan alimentaire bien défini et ont tendance à paniquer lorsque vient le temps des compétitions. Pour éviter les surprises et le stress inutile, mieux vaut s’abstenir d’essayer quoi que ce soit de nouveau directement avant une épreuve sportive. Si un nouvel élément s’insère dans le plan alimentaire, il faut donc prévoir une période d’essai qui permettra au corps de s’habituer au nouveau régime.

Un autre aspect alimentaire à ne pas négliger est sans contredit la planification des repas lors des compétitions à l’extérieur de la région. Certains championnats offrent un service de cafétéria très pratique, mais faire une liste des restaurants et des supermarchés se trouvant dans les environs du site de compétition est une excellente façon d’éviter d’être pris au dépourvu et d’avoir l’esprit beaucoup plus tranquille.

Visualisation et confiance pour un bon mental

La visualisation est un élément clé d’une bonne préparation mentale et est un bon moyen de contribuer à réduire son niveau de stress avant une compétition. En effet, il est prouvé que l’imagerie mentale contribue à améliorer les performances sportives, alors pourquoi s’en passer? Puisque, pour le cerveau, un mouvement effectué mentalement n’est pas différent d’un mouvement exécuté physiquement, la visualisation permet d’améliorer l’efficacité des performances et a un effet positif sur la confiance et la motivation.

Prendre entre 10 et 15 minutes par jour en prévision d’une compétition importante peut donc s’avérer très utile pour éviter la nervosité extrême, en plus d’être un atout non négligeable pour améliorer concrètement les performances.

Le sport et le stress

Chaque personne est libre de développer sa propre stratégie pour se relaxer. Il est bien connu par contre que le sport est un anti-stress très efficace. L’activité physique génère une réaction dans le corps humain qui augmente la quantité d’endorphines présentes. Les résultats peuvent varier en fonction de chaque individu. On parle souvent d’effet relaxant et de somnolence. Il est recommandé de pratiquer son activité physique à haute intensité 2 à 4 heures avant de se coucher pour un sommeil optimal.

Karl Demers

Karl Demers est le fondateur de MonClubSportif. Depuis son plus jeune âge, Karl est un passionné de sports, que ce soit le soccer, le baseball, le hockey, le volleyball... et la liste est longue. Pour joindre l'utile à l'agréable, Karl transmet sa passion depuis 8 ans maintenant à travers les blogs qu'il écrit et les informations qu'il partage pour simplifier la vie des passionnés de sport comme lui.
Karl Demers

Sur le
même sujet

Voir plus d'articles
MonClubSportif
articles
MonClubSportif: Un outil essentiel pour les entraîneurs
mai 2024
Stratégies Efficaces pour Contrer l'Intimidation dans le Sport
articles
Stratégies Efficaces pour Contrer l’Intimidation dans le Sport
L'intimidation dans le milieu sportif peut compromettre l'intégrité du jeu, affecter négativement la performance des athlètes et nuire à […]
mai 2024
Unis Contre l'Intimidation dans le Sport : Le Rôle Clé des Parents, Entraîneurs et Écoles
articles
Unis Contre l’Intimidation dans le Sport : Le Rôle Clé des Parents, Entraîneurs et Écoles
L'intimidation dans le milieu sportif est une problématique qui peut gravement affecter le bien-être et la performance des jeunes athlètes. […]
mai 2024