6 min de lecture

Sport à l’école, avantages sur le stress et l’anxiété

Santé mentale Écrit par : Karl Demers mai 2023
Sport à l’école, avantages sur le stress et l’anxiété

Le stress et l’anxiété sont trop souvent ressentis par les jeunes à l’école. Cela peut peut-être lié à plusieurs facteurs : la pression de réussir, les relations sociales, la pression familiale et autres. Pour gérer le stress et l’anxiété chez l’enfant, la pratique du sport à l’école peut être un excellent remède. En effet, l’éducation sportive contribue à améliorer la santé physique et mentale du jeune. Les hormones libérées, la fuite de l’isolement social, la gestion des humeurs et l’apport de confiance sont autant de bénéfices liés au sport scolaire.

Néanmoins, cela peut également engendrer des pressions supplémentaires favorisant stress et anxiété. La pression des attentes, le sentiment d’incompétence et la peur de sortir de sa zone de confort peuvent renforcer le stress. Des attentes trop élevées peuvent même développer chez l’enfant une anxiété de performance. Dans cet article, vous découvrirez les différents avantages et inconvénients du sport à l’école sur le stress et l’anxiété.

Les avantages du sport à l’école sur la gestion du stress et de l’anxiété

La pratique du sport libère des hormones réduisant stress et anxiété

D’un point de vue purement scientifique, l’activité physique libère des hormones positives telles que :

  • Les endorphines : procurent une sensation de bien-être et de bonheur ;
  • La dopamine : améliore l’humeur et la motivation ;
  • La noradrénaline : régule la réponse du corps face au stress ;
  • La sérotonine : régule les émotions.

En somme, la pratique d’une activité physique aide naturellement à lutter contre le stress et l’anxiété.

Le sport à l’école comme méthode pour gérer l’humeur de l’enfant

Dans la vie de tous les jours mais surtout à l’école, les enfants sont soumis à diverses situations engendrant stress et anxiété. Les examens, les présentations orales, la pression sociale ou encore le regard des autres… Le sport est souvent perçu, par les jeunes, comme un moment où l’on peut évacuer toute cette pression. Même durant une journée difficile, le cours d’éducation sportive peut être un moment d’apaisement. Permettant d’oublier les moments qui ont pu nous affecter plus tôt dans la journée. C’est aussi le rôle de l’entraîneur que de s’assurer que l’enfant apprécie la séance de sport et qu’il en ressorte dans de bonnes conditions physiques et mentales.

La pratique sportive améliore la confiance en soi de l’enfant 

Au même titre que tout autre matière enseignée à l’école, l’éducation physique aspire à faire progresser les élèves dans un activité sportive quelle qu’elle soit. Ainsi, en s’entraînant et en améliorant leurs compétences sportives les enfants peuvent se sentir plus confiants et capables de relever des défis, ce qui aide à réduire le stress et l’anxiété.

En sport scolaire, la réussite n’est pas définie de la même façon pour chaque enfant. En effet, les élèves, selon leur appétence et leurs aptitudes physiques ne seront pas notés sur les mêmes critères, ce qui importe c’est la motivation et l’amélioration au fur et à mesure d’un cycle. Si le jeune réussit à atteindre ses objectifs personnalisés, il augmentera sa confiance en soi, ce qui réduira son stress et son anxiété.

Par ailleurs, le sport à l’école peut développer certaines compétences sociales qui aident à avoir confiance en soi et à gérer son stress. On retrouve la coopération, l’esprit d’équipe, le leadership, la communication, l’inclusion et autres. C’est à nouveau le rôle de l’entraîneur d’utiliser ces valeurs pour construire ses séances d’entraînement.

L’éducation physique permet de contrer l’isolement social

L’isolement social à l’école est un phénomène qui peut toucher de nombreux enfants. Il peut être causé par plusieurs facteurs tels que le manque de compétences sociales, les difficultés à s’intégrer dans un groupe ou encore le harcèlement scolaire. Cela peut avoir de lourdes conséquences sur la santé mentale de l’enfant en développant du stress et de l’anxiété.

Le stress et l’enfance vont souvent de paire à cause justement de l’isolement social. Une des façons de réduire ce facteur sont les cours d’éducation physique. Effectivement, le sport peut être un moyen pour tisser des liens avec d’autres élèves réduisant ainsi la solitude.

La pratique sportive, implicitement, aide aussi à la compréhension et au développement de certaines compétences sociales telles que : la coopération, l’empathie, l’écoute, la communication et l’entraide. Ces compétences peuvent amener le jeune socialement isolé à travailler sur ses relations avec les autres élèves.

Par conséquent, le sport à l’école est un très bon moyen pour réduire le stress et l’anxiété des enfants dans un contexte qui peut être soumis à différentes pressions émotionnelles.

Les inconvénients du sport à l’école sur le stress et l’anxiété de l’enfant

Le manque de confiance en ses capacités physiques : sentiment d’incompétence

Le sport à l’école n’est pas toujours seulement bénéfique pour les enfants, il a aussi quelques inconvénients pouvant engendrer stress et anxiété chez l’enfant. Parfois, les jeunes peuvent manquer d’optimisme en leurs aptitudes physiques. Cela peut être lié à un manque d’expérience, ou à un manque de confiance en eux. Ainsi cela pourrait, dans certaines situations, créer du stress et de l’anxiété chez l’élève :

  • Se sentir inférieur à ses camarades ;
  • Peur de l’échec et de la critique ;
  • Mauvaise estime de soi-même.

On peut retrouver ces éléments dans d’autres matières à l’école, mais c’est encore plus présent lorsqu’il s’agit d’éducation physique et sportive.

La pression des attentes

Le sport à l’école est généralement moins compétitif que dans un club. Cependant, il se peut qu’un enfant ressente une certaine pression à cause de son entourage extérieur. Cette pression peut venir de plusieurs côtés et entraînerait stress et anxiété.

Tout d’abord, l’enfant peut recevoir une pression de la part de l’entraîneur scolaire. Pour celui-ci, son rôle va être d’axer la réussite de l’élève sur sa motivation et sur ses améliorations plutôt que sur ses performances. Il faut que l’élève soit à l’aise avec son niveau et qu’il ait envie de progresser.

Le jeune peut également subir une pression parentale quant à l’importance que ceux-ci accordent à l’éducation sportive. On retrouve majoritairement cette pression dans le sport en dehors de l’école mais il se peut que les parents allouent un intérêt trop important au sport scolaire.

Enfin, l’élève peut avoir tendance à se comparer aux autres élèves et recevoir indirectement une pression voulant égaler leur niveau. En sport d’équipe, certains jeunes, ayant un esprit trop compétitif, peuvent également infliger une pression à leurs coéquipiers.

La peur de sortir de sa zone de confort

Généralement, les enfants n’ont pas de mal à sortir de leur zone de confort. Néanmoins, pour certains, les plus timides, il est vraiment difficile de se mettre en avant et de s’exposer au regard des autres. En éducation physique, les jeunes sont amenés à sortir de leur zone de confort :

  • Dépassement de soi et de ses capacités physiques ;
  • Se confronter à des situations inattendues ;
  • Se sentir vulnérable dans certaines activités ;
  • Peur de participer pleinement à une activité, à prendre le lead ;
  • Peur du vestiaire.

Le cours d’éducation physique est souvent apprécié chez les jeunes. Toutefois, pour certains, c’est un moment compliqué car ils n’apprécient pas de sortir de leur zone de confort. Le rôle de l’entraîneur va être d’essayer d’accompagner cet élève timide en respectant son rythme. Rien ne sert de brusquer un enfant pour qu’il s’implique, au mieux il se renferma sur lui-même et n’aura plus envie de participer du tout.

D’autres méthodes pour réduire le stress et l’anxiété chez l’enfant

Outre le sport, il existe diverses méthodes pour accompagner un enfant qui souffre de stress et d’anxiété. Un échange verbal avec un adulte de confiance qui écoutera l’enfant anxieux et ses préoccupations pourrait aussi améliorer cette situation. Des exercices de relaxation et de méditation peuvent également être entrepris pour réduire le stress. Même pour un enfant, la pratique du Yoga est très intéressante ! Les enfants sont aussi beaucoup moins stressés lorsque leurs journées est bien organisée. Assurément, une routine apporte à l’enfant un sentiment de contrôle et il aura donc plus de facilité à se détendre.

En fin de compte, le sport à l’école est excellent pour réduire le stress et l’anxiété des enfants s’il est réalisé dans de bonnes conditions. Effectivement, la pratique d’une activité physique permet de gérer les humeurs des jeunes, de leur apporter de la confiance en soi et de lutter contre l’isolement social. Pour cela, il faut inciter les jeunes à sortir de leur zone de confort. Tout en veillant à ce que l’élève ne soit pas sous pression, et qu’il prenne du plaisir dans le sport qu’il entreprend.

Ne manquez pas notre nouveau guide d'organisation de gala de fin d'année !

Karl Demers

Karl Demers est le fondateur de MonClubSportif. Depuis son plus jeune âge, Karl est un passionné de sports, que ce soit le soccer, le baseball, le hockey, le volleyball... et la liste est longue. Pour joindre l'utile à l'agréable, Karl transmet sa passion depuis 8 ans maintenant à travers les blogs qu'il écrit et les informations qu'il partage pour simplifier la vie des passionnés de sport comme lui.
Karl Demers

Sur le
même sujet

Voir plus d'articles
MonClubSportif
articles
MonClubSportif: Un outil essentiel pour les entraîneurs
mai 2024
Stratégies Efficaces pour Contrer l'Intimidation dans le Sport
articles
Stratégies Efficaces pour Contrer l’Intimidation dans le Sport
L'intimidation dans le milieu sportif peut compromettre l'intégrité du jeu, affecter négativement la performance des athlètes et nuire à […]
mai 2024
Unis Contre l'Intimidation dans le Sport : Le Rôle Clé des Parents, Entraîneurs et Écoles
articles
Unis Contre l’Intimidation dans le Sport : Le Rôle Clé des Parents, Entraîneurs et Écoles
L'intimidation dans le milieu sportif est une problématique qui peut gravement affecter le bien-être et la performance des jeunes athlètes. […]
mai 2024