8 min de lecture

Le Guide Ultime des Commotions Cérébrales dans le sport

Commotion cérébrale Écrit par : Karl Demers juillet 2024
Le Guide Ultime des Commotions Cérébrales dans le sport

Les commotions cérébrales, bien que souvent sous-estimées puisqu’elles sont considérées comme une épidémie silencieuse, représentent l’une des blessures les plus courantes dans le monde du sport. Leur impact peut être dévastateur, tant sur le court terme que sur le long terme, affectant la santé et le bien-être des athlètes de tous niveaux. Face à cette réalité, il devient impératif de comprendre en profondeur les commotions cérébrales, depuis leurs causes et mécanismes jusqu’à leur gestion, prévention et sensibilisation.

Causes et Mécanismes des Commotions Cérébrales

Les commotions cérébrales résultent d’une variété de causes et de mécanismes, souvent associés à des sports de contact et à des activités physiques intenses. Cette section explore les principales causes des commotions cérébrales, les processus physiologiques qui se produisent dans le cerveau lors d’une blessure et les moyens de prévenir les risques sur le terrain.

Principales Causes des Commotions Cérébrales dans les Sports de Contact

Les sports de contact, tels que le football, le rugby, le hockey et la boxe, sont souvent associés à un risque accru de commotions cérébrales en raison de la nature physique et compétitive de ces activités [1]. Les sports de contact notamment, présentent un risque accru de commotions cérébrales en raison de la nature physique et compétitive de ces activités.

Voici quelques-unes des principales causes des commotions cérébrales dans ces sports :

Collision avec d’autres joueurs :

  • Football américain : Les contacts violents lors des plaquages, des blocages ou des chocs de tête entre joueurs peuvent entraîner des commotions cérébrales.
  • Rugby : Les collisions lors des phases de jeu, comme les mêlées ou les regroupements, ainsi que les contacts lors des phases de plaquage et de jeu au sol, sont des causes fréquentes de commotions cérébrales.

Chutes ou chocs avec des objets :

  • Hockey sur glace : Les chutes sur la glace, les collisions avec les bandes ou les impacts avec la rondelle ou les bâtons des adversaires peuvent provoquer des commotions cérébrales.
  • Soccer : Les chutes lors des duels aériens, les collisions avec le sol ou les contacts avec d’autres joueurs lors des têtes peuvent également causer des blessures à la tête.

Coups directs à la tête :

  • Boxe : Les coups directs à la tête lors des combats sont une cause évidente de commotions cérébrales dans ce sport, en raison de l’impact direct sur le la tête.
  • MMA (Mixed Martial Arts) : Les coups de poing, les coups de genou ou les coups de pied à la tête lors des combats peuvent entraîner des blessures traumatiques au cerveau et des commotions cérébrales.

Répétition des impacts :

  • Soccer  : Même sans contact direct à la tête, la répétition des impacts subis lors des actions de jeu, comme les têtes de ballon ou les contacts lors des duels, peut conduire à des commotions cérébrales dues à l’accumulation de microtraumatismes.

En identifiant les principales causes des commotions cérébrales dans les sports de contact, les entraîneurs, les joueurs et les organisations sportives peuvent mettre en place des stratégies de prévention et de gestion appropriées pour réduire les risques de blessures à la tête et assurer la sécurité des participants.

Comprendre les Commotions Cérébrales : Ce Qui se Passe dans le Cerveau

Pour comprendre pleinement les commotions cérébrales, il est important de connaître les processus physiologiques qui se produisent dans le cerveau lors d’une blessure. Les mécanismes de base des commotions cérébrales comprennent la façon dont les forces physiques externes entraînent: 

Un mouvement brusque du cerveau dans le crâne [1]: 

  • Lors d’un impact ou d’une accélération soudaine, le cerveau peut subir un mouvement brusque à l’intérieur du crâne.
  • Ce mouvement rapide peut entraîner une déformation des tissus cérébraux et endommager les neurones, les vaisseaux sanguins et les structures de soutien du cerveau.

Lésions Neuronales et Perturbations Chimiques :

  • Le mouvement brusque du cerveau peut entraîner des lésions neuronales, telles que des étirements ou des déchirures des axones, les fibres nerveuses responsables de la transmission des signaux électriques dans le cerveau.
  • Ces lésions peuvent déclencher des perturbations chimiques dans le cerveau, telles que des déséquilibres dans les niveaux de neurotransmetteurs, qui sont responsables de la transmission des signaux entre les cellules nerveuses.

Inflammation et Réponse Immunitaire :

  • En réponse à une commotion cérébrale, le cerveau peut déclencher une réaction inflammatoire et une réponse immunitaire pour tenter de réparer les dommages causés aux tissus.
  • Cette inflammation peut entraîner un gonflement du cerveau et une augmentation de la pression intracrânienne, ce qui peut aggraver les symptômes et prolonger la période de récupération.

En comprenant les mécanismes sous-jacents des commotions cérébrales, il devient plus clair pourquoi ces blessures nécessitent une prise en charge rapide et appropriée pour minimiser les dommages et favoriser une récupération réussie.

Commotions Cérébrales : Prévenir les Risques sur le Terrain

Prévenir les commotions cérébrales sur le terrain nécessite une combinaison de mesures de prévention et de sécurité. Cette partie examine les stratégies et les pratiques visant à réduire les risques de commotions cérébrales lors de la pratique sportive, telles que: 

L’enseignement de techniques de jeu sûres: 

  • Football américain : Mettre l’accent sur les techniques de plaquage correctes, en enseignant aux joueurs à utiliser leurs épaules plutôt que leur tête pour plaquer, peut réduire les risques de commotions cérébrales lors des contacts physiques.
  • Rugby : Enseigner aux joueurs à aborder les plaquages de manière sécuritaire, en évitant les contacts à la tête et en privilégiant les plaquages par en-dessous, peut aider à prévenir les blessures à la tête lors des phases de jeu.

L’application de règles de jeu pour limiter les contacts violents: 

  • Soccer : En appliquant des règles strictes interdisant les contacts dangereux, tels que les coups de coude ou les gestes anti sportifs, les officiels peuvent contribuer à prévenir les blessures à la tête lors des matchs.
  • Basketball : En imposant des règles strictes contre les contacts excessifs et les coups délibérés, les arbitres peuvent réduire les risques de commotions cérébrales lors des compétitions.

L’incitation au port d’équipements de protection adéquats: 

  • Hockey sur glace : Le port de casques de hockey avec une mentonnière et une visière protectrice peut aider à prévenir les blessures à la tête causées par des chutes sur la glace ou des coups de bâton.
  • Football : L’utilisation de casques de football avec une bonne absorption des chocs peut offrir une protection supplémentaire contre les impacts lors des contacts physiques.

Encourager une Culture de Respect et de Fair-Play :

  • Tous les sports : Promouvoir une culture de respect entre les joueurs, les entraîneurs et les officiels, ainsi que l’importance du fair-play et de la sécurité, peut contribuer à réduire les comportements risqués et les incidents de jeu dangereux.

En identifiant et en corrigeant les facteurs de risque potentiels, nous pouvons contribuer à créer un environnement sportif plus sécuritaire et prévenir les blessures à la tête.

Quelques statistiques sur les commotions cérébrales

  • En 2022, selon Statistique Canada, environ 65% des commotions cérébrales signalées étaient attribuées à des chutes [2].
  • En 2022, environ 24% des Canadiens déclarant avoir subi une commotion cérébrale pratiquaient une activité physique sportive au moment de l’incident, ce qui représentait environ 63% des jeunes âgés de 12 à 17 ans. Les sports impliqués comprenaient le football, le hockey, la ringuette et le ski, entre autres [2].
  • Il est estimé qu’annuellement, entre 20 et 40% des athlètes subissent une commotion cérébrale [1].
  • Environ 20 % des individus ayant subi une commotion cérébrale éprouveront des symptômes persistants au-delà de la période de récupération habituelle, soit deux à trois semaines après l’incident [1].
  • Les commotions cérébrales constituent entre 9 % et 12 % des blessures sportives survenues au secondaire [3].

Types de Chocs Susceptibles de Causer une Commotion Cérébrale

Plusieurs types de chocs peuvent causer une commotion cérébrale, chacun ayant ses propres caractéristiques et conséquences  [4] :

  • Les Chocs Linéaires:  impliquent un impact direct sur la tête dans une direction spécifique, provoquant un mouvement linéaire du cerveau à l’intérieur du crâne. Ces chocs sont courants dans les sports de contact comme le football américain et le hockey sur glace.
  • Les chocs rotatifs: impliquent un mouvement de rotation de la tête, entraînant un mouvement rotatif du cerveau à l’intérieur du crâne. Ces chocs sont souvent associés à des sports comme la gymnastique, le snowboard et le ski acrobatique.

Gérer les Commotions Cérébrales : De la Reconnaissance à la Guérison

La gestion efficace des commotions cérébrales est essentielle pour assurer une récupération optimale et minimiser les risques de complications à long terme. Cette section explore les différentes étapes de la gestion des commotions cérébrales, depuis la reconnaissance des symptômes jusqu’à la guérison et la réhabilitation.

Reconnaître les Signes et Symptômes des Commotions Cérébrales

La première étape dans la gestion des commotions cérébrales est de reconnaître rapidement les signes et symptômes qui peuvent indiquer une blessure. Ces symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre et peuvent inclure [5]: 

Des Symptômes Physiques :

  • Maux de tête persistants ou sévères après un choc à la tête.
  • Nausées ou vomissements sans raison apparente.
  • Sensibilité accrue à la lumière ou au bruit.
  • Étourdissements ou vertiges.
  • Fatigue excessive ou sensation de faiblesse inhabituelle.

Des Symptômes Cognitifs :

  • Confusion ou désorientation, notamment concernant le jeu en cours.
  • Troubles de la mémoire, difficulté à se souvenir d’événements récents ou à se concentrer.
  • Difficultés à comprendre ou à suivre les instructions données par l’entraîneur.
  • Réponses ralenties ou confuses aux questions posées.

Des Symptômes Émotionnels et Comportementaux :

  • Irritabilité ou sautes d’humeur soudaines et inexplicables.
  • Anxiété ou nervosité accrue.
  • Changements dans les habitudes de sommeil, comme l’insomnie ou le sommeil excessif.
  • Sensation de tristesse ou de dépression sans raison évidente.

Des Symptômes Sensoriels :

  • Vision floue ou double.
  • Bourdonnements dans les oreilles.
  • Sensation de picotements ou d’engourdissement dans les bras ou les jambes.
  • Altération du goût ou de l’odorat.

Il est crucial que les athlètes, les entraîneurs et les professionnels de la santé soient en mesure d’identifier ces signes et de prendre des mesures immédiates en cas de suspicion de commotion cérébrale.

Protocoles de Gestion des Commotions Cérébrales sur le Terrain

En cas de suspicion de commotion cérébrale pendant une activité sportive, il est important de suivre des protocoles spécifiques pour assurer une prise en charge adéquate sur le terrain [6]. Ces protocoles peuvent inclure: 

L’évaluation initiale des symptômes: 

  • L’entraîneur ou le personnel médical doit évaluer immédiatement tout joueur qui montre des signes ou des symptômes de commotion cérébrale.
  • Une série de questions standard peut être posée pour évaluer la cognition, la mémoire et l’état émotionnel du joueur.

Le retrait immédiat du jeu: 

  • Le joueur retiré du jeu doit recevoir les premiers soins appropriés, notamment en lui permettant de se reposer et en lui fournissant de la glace pour réduire l’inflammation.
  • Il est important de surveiller étroitement l’état du joueur et de rechercher des signes de détérioration, tels que des vomissements ou une perte de conscience.

L’administration des premiers soins appropriés: 

  • Tout joueur soupçonné de commotion cérébrale doit être examiné par un professionnel de la santé qualifié dès que possible pour confirmer le diagnostic et évaluer la gravité de la blessure.
  • Le professionnel de la santé peut recommander des examens supplémentaires, tels que des scans cérébraux, pour évaluer les dommages et guider le plan de traitement.

En suivant ces protocoles de gestion sur le terrain, les équipes sportives peuvent assurer une prise en charge rapide et appropriée des commotions cérébrales, minimisant ainsi les risques de complications à long terme pour les joueurs et favorisant une récupération rapide et complète.

Processus de Guérison et Réhabilitation

La guérison d’une commotion cérébrale nécessite du temps et des soins appropriés. Après le diagnostic initial, les athlètes doivent observer une période de repos et d’éviction des activités physiques et cognitives: 

  • Après le diagnostic initial d’une commotion cérébrale, le joueur doit observer une période de repos complet de 48h [7], y compris une éviction des activités physiques et cognitives qui pourraient aggraver les symptômes.
  • Il est recommandé de se reposer dans un environnement calme et sombre, en limitant les stimuli visuels et sonores.

 Une fois les symptômes aigus résolus, un processus de réhabilitation progressif peut être entrepris [8]: 

  • Pendant la période de récupération, le joueur doit être suivi régulièrement par un professionnel de la santé qualifié pour évaluer la progression des symptômes et ajuster le plan de traitement si nécessaire.
  • Des examens médicaux réguliers, y compris des évaluations neurologiques et des tests cognitifs, peuvent être effectués pour surveiller l’évolution de la récupération.

Ensuite, un retour graduel à l’activité sportive pourrait être envisagé :

  • Le retour à la pratique sportive compétitive ne doit être envisagé que lorsque le joueur a récupéré ses capacités physiques et cognitives et qu’il ne présente plus de symptômes persistants de commotion cérébrale.
  • Un programme de retour progressif doit être élaboré en collaboration avec le personnel médical, en commençant par des activités légères et en augmentant progressivement l’intensité et la durée de l’entraînement.

Le suivi médical régulier est essentiel pour surveiller la progression de la récupération et garantir un retour sécuritaire à l’activité sportive.

Prévention et Sensibilisation aux Commotions Cérébrales

La prévention des commotions cérébrales et la sensibilisation à leurs risques sont des aspects cruciaux pour assurer la sécurité et le bien-être des athlètes. Cette section examine les principales stratégies de prévention, l’importance de la sensibilisation dans le milieu sportif, ainsi que le rôle crucial de l’éducation et de la recherche dans la lutte contre les commotions cérébrales.

Commotions Cérébrales : Les Principales Stratégies de Prévention

La prévention des commotions cérébrales repose sur plusieurs stratégies visant à réduire les risques d’incidents. Parmi les principales stratégies de prévention, on retrouve l’adoption de règles et de pratiques de jeu sécuritaires, telles que l’application de règles de jeu pour limiter les contacts violents, ainsi que l’enseignement de techniques de jeu sûres. De plus, l’identification et la correction des facteurs de risque, tels que les défauts d’équipement ou les terrains de jeu dangereux, sont également essentielles pour réduire les risques de commotions cérébrales. Finalement, imposer des mesures disciplinaires strictes et dissuasives en instaurant une politique de tolérance zéro à l’égard de toute forme de violence, de bagarre et de tentative de blessure, en mettant l’accent particulièrement sur les blessures à la tête, et ce, dans tous les sports. [1]

Sensibilisation aux Commotions Cérébrales dans le Milieu Sportif

Seulement 40% des canadiens sont au courant des outils ou des ressources disponibles en ce qui concerne les commotions cérébrales [7]. La sensibilisation aux commotions cérébrales est donc fondamentale pour encourager la reconnaissance précoce des symptômes et la prise en charge appropriée des blessures. Cette sensibilisation peut être réalisée à travers:

Campagnes de Sensibilisation et de Prévention :

  • Lancer des campagnes de sensibilisation à l’échelle de l’équipe, du club ou de la ligue pour promouvoir une culture de sécurité et de responsabilité en matière de commotions cérébrales.
  • Ces campagnes peuvent inclure la distribution de matériel éducatif, tels que des brochures ou des affiches, ainsi que des messages réguliers sur les réseaux sociaux ou les sites web des organisations sportives.

Formation Continue pour les Professionnels du Sport :

  • Assurer une formation continue pour les professionnels du sport, y compris les entraîneurs, les arbitres et le personnel médical, sur la reconnaissance des commotions cérébrales et la mise en œuvre des protocoles de gestion sur le terrain.
  • Cette formation peut être intégrée aux programmes de développement professionnel ou aux formations obligatoires pour renforcer les connaissances et les compétences des intervenants sportifs.

 Partenariats  entre les associations sportives ou écoles et des Cliniques de Physiothérapie et des Professionnels de la Santé:

  • Les professionnels de la santé peuvent organiser des sessions d’information pour les entraîneurs, les parents et les athlètes, expliquant les signes et symptômes des commotions cérébrales, ainsi que les procédures à suivre en cas de blessure. Ils peuvent également fournir du matériel éducatif comme des brochures et des affiches.
  • Les athlètes bénéficient d’un accès prioritaire aux soins spécialisés, garantissant une évaluation rapide et un traitement approprié des commotions cérébrales. Les cliniques de physiothérapie peuvent offrir des programmes de réhabilitation personnalisés pour aider les athlètes à récupérer en toute sécurité et à retourner au jeu de manière progressive.
  • Développement de protocoles de retour au jeu basés sur des critères médicaux, assurant que les athlètes ne reprennent pas l’activité sportive avant d’être complètement rétablis. Mise en place de suivis réguliers pour surveiller les progrès des athlètes et identifier les éventuelles complications à long terme des commotions cérébrales.
  • Collaboration pour promouvoir l’utilisation de casques et autres équipements de protection adéquats, et pour adapter les méthodes d’entraînement afin de minimiser les risques de commotions cérébrales.

En sensibilisant activement les acteurs du milieu sportif aux commotions cérébrales, les organisations sportives peuvent contribuer à créer un environnement plus sûr pour les athlètes et à réduire les risques de blessures graves.

Commotions Cérébrales : Importance de l'Éducation et de la Recherche

L’éducation et la recherche jouent un rôle crucial dans la lutte contre les commotions cérébrales.  En effet, environ 50% des Canadiens ont peu ou pas de connaissances sur la commotion cérébrale [8].

Formation des Athlètes, des Entraîneurs et du Personnel Médical :

  • L’éducation continue sur les commotions cérébrales est essentielle pour sensibiliser les athlètes, les entraîneurs et le personnel médical aux risques, aux signes et aux symptômes de ces blessures.
  • En fournissant des informations précises et à jour, les programmes de formation contribuent à promouvoir une meilleure reconnaissance et une gestion appropriée des commotions cérébrales sur le terrain.

Recherche sur les Causes, les Mécanismes et les Traitements :

  • La recherche continue sur les commotions cérébrales est cruciale pour améliorer la compréhension des causes, des mécanismes et des conséquences de ces blessures.
  • En explorant de nouveaux traitements, des méthodes de prévention innovantes et des stratégies de réhabilitation efficaces, la recherche contribue à réduire les risques de commotions cérébrales et à améliorer les résultats pour les athlètes blessés.

Développement de Protocoles de Gestion Standardisés :

  • Sur la base des données de recherche, des protocoles de gestion standardisés peuvent être développés pour guider la prise en charge des commotions cérébrales dans le milieu sportif.
  • Ces protocoles définissent les meilleures pratiques en matière d’évaluation, de traitement et de réhabilitation des commotions cérébrales, offrant ainsi une base solide pour une prise de décision clinique et sportive éclairée.

En investissant dans l’éducation et la recherche sur les commotions cérébrales, les organisations sportives peuvent jouer un rôle crucial dans la prévention, la reconnaissance et la gestion efficace de ces blessures, assurant ainsi la sécurité et le bien-être des athlètes.

Ouvrir de Nouvelles Perspectives sur les Commotions Cérébrales dans le Sport

Bien que nous ayons parcouru un long chemin dans la reconnaissance et la gestion des commotions cérébrales, il reste encore beaucoup à faire pour assurer la sécurité et le bien-être des athlètes. Voici quelques idées novatrices qui pourraient façonner l’avenir de la gestion des commotions cérébrales dans le sport :

 

  • Technologies Émergentes : L’exploration de nouvelles technologies telles que les capteurs intelligents et les dispositifs de surveillance biométrique pourrait révolutionner la détection précoce des commotions cérébrales sur le terrain, permettant une intervention rapide et précise.
  • Thérapies Avancées : Le développement de thérapies innovantes, telles que la stimulation cérébrale non invasive ou la thérapie génique, pourrait offrir de nouveaux moyens de traiter les commotions cérébrales et d’accélérer la récupération des athlètes.
  • Analyse des Données : L’utilisation de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique pour analyser de vastes ensembles de données sur les commotions cérébrales pourrait permettre une meilleure compréhension des facteurs de risque et des modèles de récupération, guidant ainsi des interventions plus ciblées et personnalisées.
  • Approches Holistiques : L’intégration de programmes de bien-être mental et émotionnel dans la prise en charge des commotions cérébrales pourrait favoriser une récupération globale des athlètes, en prenant en compte non seulement les aspects physiques, mais aussi psychologiques de la blessure.

 

 

Notez que nous ne sommes pas des professionnels de la santé et qu’il est important de consulter un médecin lorsque vous soupçonnez une commotion. Les recommandations du médecin prônent sur les conseils présentés dans cet article.

 

Sources : 

[1] Ellemberg, D. (s.d). Commotions cérébrales dans le sport.AQNP.  Consulté à l’URL suivante: https://aqnp.ca/documentation/neurologique/commotions-cerebrales-sport/#:~:text=Cette%20secousse%20peut%20%C3%AAtre%20caus%C3%A9e,impulsive%20transmise%20%C3%A0%20la%20t%C3%AAte 

[2] Statistique Canada.  (2024). Les commotions cérébrales se produisent également à la maison. Consulté à l’URL suivante: https://www.statcan.gc.ca/o1/fr/plus/5563-les-commotions-cerebrales-se-produisent-egalement-la-maison 

[3] K Purcell, L. (2014). L’évaluation et la prise en charge des commotions cérébrales liées au sport. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3959978/ 

[4] Qu’est-ce qui provoque la rotation du cerveau ? Consulté à l’URL suivante:  https://mipsprotection.com/fr/science-technologie/sensibilite-cerebrale-et-impact/#:~:text=Alors%20qu%27un%20mouvement%20lin%C3%A9aire,un%20choc%20sur%20la%20t%C3%AAte 

[5] Gouvernement du Canada.  (2021) Commotions cérébrales : Symptômes et traitement. Consulté à l’URL suivante:  https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/commotions-cerebrales-signes-symptomes.html 

[6] Wrestling Canada Lutte. PROTOCOLE POUR LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES.  Consulté à l’URL suivante:  https://wrestling.ca/wp-content/uploads/2020/06/Concussion_Protocol_F.pdf 

[7] Forest, B. (2018). 5 trucs pour mieux récupérer d’une commotion! Consulté à l’URL suivante : https://www.cliniqueaxone.ca/5-trucs-mieux-recuperer-dune-commotion/ 

[8] Gouvernement du Canada. (2018). Les commotions cérébrales dans le sport. Consulté à l’URL suivante: https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/commotions-cerebrales-signes-symptomes/commotions-cerebrales-sport-infographie.html

Karl Demers

Karl Demers est le fondateur de MonClubSportif. Depuis son plus jeune âge, Karl est un passionné de sports, que ce soit le soccer, le baseball, le hockey, le volleyball... et la liste est longue. Pour joindre l'utile à l'agréable, Karl transmet sa passion depuis 8 ans maintenant à travers les blogs qu'il écrit et les informations qu'il partage pour simplifier la vie des passionnés de sport comme lui.
Karl Demers

Sur le
même sujet

Voir plus d'articles
Articles

Il est évident que tous les sports présentent un risque de blessures. Cela est encore plus vrai lorsque l’on parle de sports d’équipe.

Articles

Les commotions cérébrales sont une cause importante de blessures graves chez les athlètes même si elles peuvent également se produire au […]

Webinars

Que vous travaillez en milieu scolaire, en milieu sportif ou que vous soyez parents, ce webinaire s’adresse à vous !